L EXPERIENCE DU TRAJET (500km en bus):
Depuis Puerto Varas on prend un premier bus en direction de Purto Montt puis on reprend un second bus pour Temuco. C'est la région de Pablo Neruda, où il a grandi. D'ailleurs la ville lui a dédié un musée ferroviaire! Enfin bref, on ne s'est pas attardés à Temuco, et on a vite pris un bus pour se diriger vers un village au pied de deux parcs particulièrement attractifs dans la région. On était d'ailleurs un peu angoissés car il y avait des incendies, qui pouvaient potentiellement nous empêcher d'y aller. 

Dans le bus pour se diriger vers Curacautin, on a cru mourir étouffés... Le bus prenait les travailleurs pour les ramener chez eux, et chaque km il se remplissait davantage d'ouvriers sortis de la zone industrielle de Temuco et qui souhaitaient regagner leurs pénates! Mais c'était une sacrée expérience, à plus de 100 dans un bus d'une cinquantaine de places à peine!
Il y avait même un chanteur qui nous a chanté trois chansons d'amour, et qui a payé son billet de bus avec les sous gagnés des chansons qu'il venait de nous interpréter. ( Cf vidéo Amor divino )
Pendant le trajet, on a vu beaucoup de champs en train de brûler. Eh oui, le Chili utilise encore cette pratique qui consiste à bruler les champs après les récoltes, pour fertiliser la terre! Mais c'est compliqué à maîtriser, et à priori pas si efficace pour rendre fertile... Donc on sentait très bien le brulé dans le bus, et on voyait à perte de vue parfois des champs noirs, voire parfois encore en feu! Un spectacle très particulier...

ARRIVEE A CURACAUTIN:
Après plusieurs heures en bus, on arrive dans un petit village nommé Curacautin, où l'on voudrait dormir. On trouve finalement à 21h notre hôte, après plus de 2heures de tergiversations dans le village qui s'est éteint progressivement. On a finalement choisit une chambre chez l'habitant, dans une petite maison. On a d'ailleurs fait à manger pour la première fois de notre vie sur un poêle, à l'ancienne!

Dans la nuit, il y a eu un énorme orage, qui comme on le pensait allait faire tomber la neige...

LE PARC CONGUILLIO:
Le Lendemain on part tôt avec un couple de français qui nous ont pris sous leurs ailes! Heureusement car le parc Conguillio où l'on souhaite aller est particulièrement loin, et peu de transports le desservent. (1 bus par jour)Le parc éait magnifique... En fait la première  neige de la saison était effectivement tombée. Et puis nous étions absolument SEULS dans des hectares et des hectares de parc!

DSCN0819

DSCN0827

 

Laguna Arcoiris, c'est à dire la lagune Arc-en-ciel! Une lagune qui porte bien son nom puisqu'elle est extrêmement colorée! Voyez plutôt:

DSCN0848

 

Bref, après s'être tapé la neige dans le parc Conguillio, on rentre congelés au bercail, mais contents d'avoir pu monter là-haut :)
Cette fois ce sera une auberge de jeunesse incroyablement belle, et douillette, avec une cheminée dans les communs, qui nous a réchauffés de la tête aux pieds.

 

RESERVA NACIONAL MALALCAHUELLO NALCAS:
Le lendemain, on se dirige cette fois dans la Reserva Nacional Malalcahuello Nalcas. En bus pour l'aller. Eh c'est pas mal non plus on va dire, sauf que cette fois le beau temps nous sourit!!! On va grimper sur la première neige de la saison youpiiiii !!!! L'excitation est palpable, car en plus on a encore la chance d'être encore les seuls au monde dans la réserve!DSCN0867

 

La brume du matin a eu du mal à se dissiper, mais pour notre plus grand bonheur, car nous avons assisté à un levé de soleil épatant. Et puis cet inversement de température, avec la neige de la nuit, et le soleil matinal qui chauffait les bois où nous avons grimpés, formait des nuages de fumée. Comme si la terre émanait de la vapeur chaude. Je vous laisse apprécier les photos.DSCN0890

DSCN0891

DSCN0900

DSCN0902

DSCN0906

DSCN0909

DSCN0915

DSCN0910

DSCN0911

 

Nous sommes redescendus par une route vraiment étrange, faite d'une coulée de lave sablonneuse, où le chemin était à peine visible. A travers bois ensuite, avec un soleil éclatant, une végétation luxuriante encore une fois, et à travers des champs et petites propriétés de paysans. C'était vraiment beau, on aurait bien eu envie d'y rester!

Et on rentrera finalement en stop à notre auberge au poil (vous admirerez le jeu de mots...)!