Départ depuis la Haute-Savoie, jeudi 19 février 2015 8h30, un peu le coeur serré mais la tête déjà dans les nuages
Arrêt la journée même à Dijon, j'aurais eu une soirée d'au-revoir avec mes amis, courte mais intense.
Le lendemain, je reprends mes bagages pour me rendre à l'aéroport Charle-de-Gaulle, où j'attends environ 10h avant de pouvoir décoller à 21h... au moins j'aurais mon avion! Le vol dure 12 heures environ, jusqu'à São Paulo où il fait encore nuit, et depuis le ciel tout est éclairé en bas, c'est magnifique. Je redécolle au petit matin, lever du soleil, avec une lumière qui tire sur le rose, décidément je crois que ma bonne étoile a pris l'avion avec moi... Cette fois le vol ne dure que 4 heures, et 30 minutes avant l'attérissage à Santiago, la capitale, on passe au dessus de la cordillière... rien que pour ça l'aller vaut le coup! L'attérissage à l'aéroport de Santiago fait un peu peur: on ne voit que des champs à perte de vue, des décheteries à ciel ouvert, des fermes... Et même si j'ai encore en tête le spectacle merveilleux de l'Aconcagua, je me demande dans quel endroit vais-je me retrouver.
Lors du vol entre São Paulo et Santiago il est demandé de remplir un bulletin pour les étrangers se rendant au Chili, pour faciliter les démarches à la frontière (à compléter dans l'avion). Alexis, que je retrouve dans l'aéroport, ne l'a pas eu et est obligé de retourner en arrière à un point d'information (après avoir fait une queue d'1/2 heure...) pour s'en procurer un. Une fois passée, nous allons récupérer nos bagages, qui sont arrivés entiers! J'espère que la bouteille de champagne emballée dans du papier bulle n'a pas été trop malmenée dans ma valise...
L'aéroport est en fait situé à 17km du centre ville, donc nous prenons une navette qui nous emmène au terminal de bus de Santiago, où nous pouvons nous renseigner sur les allers pour Valparaiso et Vina del Mar. Alexis rejoint son auberge via un bus direction Valpo, et je choisis la destination Vina del Mar, où j'ai rendez-vous avec ma famille. Les bus sont mille fois plus confortables que l'avion, des sièges énormes qui peuvent s'incliner presque à la verticale: après plus de 17 heures de voyage (avec l'escale) ces deux heures de sièste sont salvatrices!
Une fois à Vina del Mar, le sourire au lèvres je me renseigne dans un petit centre commercial pour savoir quel chemin emprunter pour me rendre Calle Arlegui 547. Après un petit km de marche, je suis enfin chez moi, où Sofia y Maria m'accueillent à bras ouverts, très contentes et rassurées que je sois arrivée sans encombres!

 

 

IMG_20150221_103947